Des promenades productives

Une ou deux nuits par semaine, d'octobre 2006 à octobre 2007, ce couple de haut-saônois partait se promener. Leurs balades les menaient à Lure, Luxeuil, Villersexel, Ronchamp, parfois dans le Doubs à Désandans ou L'Isle-sur-le-Doubs. A chaque fois, ils ramenaient de petits souvenirs : argent liquide, médicaments, vêtements, lingerie fine... Cela dépendait de leur humeur... et du lieu qu'ils avaient décidé de cambrioler.
Car ces promenades nocturnes n'étaient pas qu'un petit plaisir d'amoureux. Elles constituaient surtout le principal revenu du couple, qui a commis une quarantaine de vols en un an.

La voleuse, toxicomane depuis plusieurs années, comparaissait la semaine dernière devant le tribunal de Lure. Son complice étant décédé fin 2007, elle était seule pour expliquer son mode de vie pas très légal.
Cette femme a avoué qu'elle aurait aimé vivre comme tout le monde, travailler, payer des impôts, et passer ses nuits sagement endormie dans son lit. Malheureusement, personne n'a jamais voulu l'employer. Alors il faut bien vivre, chacun trouve son argent où il peut...
Pour ces Bonnie and Clyde haut-saônois, c'étaient chez des particuliers, dans des pharmacies, des petits commerces... Leur lieu de prédilection : les salons de coiffure.
Mais cambrioler les honnêtes travailleurs n'empêche pas le savoir-vivre. Ainsi, s'il arrivait au couple "d'emprunter" une voiture, il en prenait grand soin et la remettait à sa place au petit matin.

Aujourd'hui, cette jeune femme exprime des regrets et des scrupules; mais elle avoue aussi avoir pris un certain plaisir à commettre ces vols. Une précision dont son avocat ce serait peut-être bien passé, mais qui n'a pas empêché la clémence du tribunal.
Cette voleuse par nécessité s'est donc vue condamnée à 24 mois de prison avec sursis, avec obligation de soins, de travail, et d'indemnisation des victimes.
Publié le lundi 7 septembre 2009 à 11h48

Confirmez-vous la suppression ?