Deux adolescentes mordues par des rottweilers dans le Jura

Alors que la réglementation pour les propriétaires de chiens dangereux a été durcie au début de l\'année, deux jeunes jurassiennes ont été mordues par des rottweilers à deux semaines d\'intervalle.

Le premier cas est une jeune fille de 16 ans, qui a été attaquée au début du mois de février par un chien qu\'elle connaissait pourtant relativement bien.
Le rottweiler appartenait en effet à la famille du petit ami de la victime, domiciliée à Champagnole. Il était en règle, et ne présentait aucune dangerosité particulière.
La jeune fille a apparemment voulu caresser l\'animal, qui a été surpris par son geste. Il a alors mordu l\'adolescente au visage, provoquant de sévères blessures. La victime a subit une opération de chirurgie faciale à Besançon.
Aucune plainte n\'a toutefois été déposée pour cette affaire, et le chien n\'a pas été inquiété.

Une nouvelle attaque a eu lieu la semaine dernière au Pasquier, à côté de Champagnole. Bien que les morsures aient été moins graves, le chien en cause a été immédiatement euthanasié.
Deux adolescentes de 13 ans discutaient dans la rue, lorsqu\'un rottweiler a surgit et a attaqué l\'une d\'elles. Son amie a pris peur, et s\'est enfuie en criant. Le chien a alors abandonné sa première victime, pour poursuivre la seconde jeune fille.
Il l\'a mordue au côté gauche, puis au bras gauche. L\'adolescente s\'est également blessée au genou en tombant. Le propriétaire est rapidement intervenu, et a récupéré son chien.
Bien que les blessures soient sans gravité, la maman de la victime a porté plainte peu après. Le jour même, l\'animal était euthanasié.
Le parquet de Dole doit maintenant étudier l\'affaire afin de décider si le propriétaire du rottweiler doit être poursuivi.

C\'est pour éviter des affaires de ce genre que, depuis le 1er janvier 2010, les propriétaires de chiens de deuxième catégorie doivent faire établir un certificat comportemental de leur animal par un vétérinaire. Cette expertise vise à déterminer l\'agressivité des chiens.
Les maîtres doivent quant à eux suivre une formation afin d\'obtenir un permis de détention.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?