Deux agressions au couteau jugées à Vesoul

Une femme de 35 ans, domiciliée à Lavoncourt en Haute-Saône, était jugée la semaine dernière au tribunal de Vesoul pour deux agressions au couteau.

La première affaire date du 14 juin dernier. La femme s\'était alors disputée avec son compagnon. Celui-ci étant parti dans la cuisine pour se calmer, sa concubine l\'a frappé à deux reprises avec un couteau, le blessant au dos et à l\'épaule droite.
L\'accusée affirme qu\'elle voulait alors seulement se défendre : \"Je me suis retrouvée coincée entre un meuble et lui, j\'ai pris peur\".

Mais trois mois plus tard, en septembre, nouvelle agression.
La femme et son compagnon (celui-là même qui avait été blessé en juin) reçoivent deux amis voisins (un frère et sa soeur). Au cour de la soirée, pour une raison inconnue, les deux femmes se disputent et en viennent aux mains.
Le président du tribunal rappelle les faits, pour le moins violents : \"Vous avez eu des cheveux arrachés, la voisine aussi. Les deux hommes sont venus vous séparer\".
Les choses se sont encore envenimées quelques heures plus tard, lorsque le voisin est revenu chercher sa voiture, qu\'il avait \"oublié\" chez ses hôtes. L\'homme ne s\'est toutefois pas contenté de ramener son véhicule. Il a profité de cette seconde visite pour jeter des cailloux à la fenêtre du couple.
L\'accusée et son concubin ont alors surgi de la maison, lui armé d\'un balai, elle d\'un couteau à fromage. L\'homme a donné un coup de manche à balai sur la tête du voisin, tandis que la femme enfonçait son couteau dans le bras de la victime.
Encore une fois, la trentenaire explique qu\'elle voulait juste se défendre. Son compagnon, qui était lui aussi inculpé dans cette seconde affaire et a déjà un casier judiciaire assez chargé, ne s\'est quant à lui pas présenté à l\'audience.

La légitime défense invoquée par la prévenue n\'a pas été retenue par le tribunal : \"elle ne se défendait pas! Elle les a agressés sans aucun motif!\" a estimé la substitut du procureur.
Un rapport d\'expertise psychologique a toutefois justifié ces agressions par \"un sentiment de tension psychologique due à un stress\". Ce que l\'avocate a confirmé, ajoutant que sa cliente \"est malade. Elle est alcoolique. Et elle souffre d\'un sentiment de persécution! A chaque fois elle a réagi démesurément car elle se croyait en danger! Il faut l\'aider!\"
La \"femme au couteau\" a finalement été condamnée à 4 mois de prison avec sursis, à une amende de 500€ et à une mise à l\'épreuve pendant 24 mois, avec obligation de se soigner.
Son compagnon écope quant à lui de 6 mois de prison dont 4 avec sursis et mise à l\'épreuve. Il devra également soigner son alcoolisme et trouver du travail.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?