Jura : Dossier paumé, affaire classée

Dans le cas tragique d'un accident mortel du travail, si l'on est d'accord pour dire que les indemnités versées à la famille du défunt sont un bien maigre lot de consolation face à la douleur que représente la disparition soudaine de ce proche, c'est tout de même un geste qui compte !

Et notamment à hauteur de 40 % du salaire annuel de la victime au profit de sa veuve. Ce qui est en effet toujours bon à prendre… mais ce à quoi l'épouse d'un menuisier jurassien mort sur un chantier ne pourra pas même prétendre.

Car si elle a perdu son mari, il s'en est trouvé d'autres pour perdre de façon tout aussi regrettable le dossier relatif à sa funeste chute d'échafaudage : un fait remontant à 2008 et au sujet duquel le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, sans éléments à l'appui, a donc décidé ce mardi qu'il y avait désormais prescription…

.
Publié le jeudi 25 septembre 2014 à 11h45

Confirmez-vous la suppression ?