Elles passaient des scies, du cannabis, des téléphones...

Une femme comparaissait devant le tribunal de Besançon pour avoir fait passer une scie à son mari détenu à la maison d\'arrêt. Découvert, celui-ci expliquait avoir eu besoin de cet outil non pour s\'évader façon Dalton, mais pour finaliser des petits travaux de menuiserie et de restauration d\'un placard dans sa cellule. Un téléphone portable avait également été trouvé lors de la même fouille.
Déjà à Lons-le-Saulnier la semaine dernière, une mère comparaissait devant le Tribunal pour avoir essayer de faire passer deux grammes de hashish à son fils incarcéré, pendant une visite au parloir.
Des initiatives qui risquent de coûter cher à leurs auteurs, alors même que celles-ci ont fait preuve d\'une générosité de coeur et d\'un sens de la famille indéniable afin de faire face aux insuffisances du cantinage carcéral.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?