Et si Forum supplantait la Fnac ?

L\'affaire semble entendue, on nous répète depuis des mois que la Fnac va enfin s\'implanter à Besançon, en 2012, dans le futur complexe commercial du Passage Pasteur. Tout est d’ailleurs signé. Seulement voilà, certains ne l\'entendent pas de cette oreille, à commencer par les dirigeants du magasin Forum. \"Nous n\'avons certainement pas dit notre dernier mot, confirme Eliane Humbert, responsable du magasin de la Grande-Rue. Pour l\'heure, on est un peu dans le flou concernant le planning, car les travaux du Passage Pasteur sont suspendus (en raison de la découverte de traces de métaux lourds dans les sols, NDLR). Dès que la date de fin des travaux sera connue, nous nous porterons candidats pour nous implanter dans le futur complexe.\"
Pour Forum, la création du Passage Pasteur est une occasion à ne pas manquer : \"Aujourd\'hui, Forum a un énorme potentiel à Besançon, mais notre magasin est beaucoup trop petit. Avec nos 690 m2, on ne peut se développer comme on le souhaiterai (…) Alors effectivement, doubler notre surface pour occuper des locaux de 1 400 m2, cela nous intéresse !\"
Quid alors de la Fnac ? Pour Eliane Humbert, la réponse est très simple : \"Pourquoi ferait-on venir la Fnac, si Forum est capable d\'assurer le même service ? Avec ces nouveaux locaux, nous pourrions développer tous nos rayons, organiser des événements avec des auteurs et des concerts \"privés\"…\"
(…)
Autre argument avancé par Forum : la sauvegarde de l\'équilibre de l\'emploi en centre-ville. L\'une des craintes majeures liées à la perspective de l\'arrivée de la Fnac à Besançon réside dans les conséquences pour l\'emploi des autres magasins existants : Forum, mais aussi les libraires de centre-ville. \"Il ne faut pas se voiler la face : si la Fnac arrive, cela créera quelques emplois, mais cela en menacera aussi beaucoup, alors que si Forum profite de cette occasion pour se développer, cela ne remettra pas en cause l\'équilibre des emplois en centre-ville\", affirme Eliane Humbert.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?