Besançon : Eternelle jeunesse

Que Juliette Trimaille soit née au siècle dernier n'a en soi rien de vraiment renversant. Ce qui l'est davantage, c'est qu'elle ait traversé plus de cent ans à elle seule et ne soit pas prête à s'arrêter en si bon chemin !

Venue au monde en -43 avant Jean-Louis Fousseret (ou le 21 août 1903, si vous préférez), cette native de Besançon et doyenne de Franche-Comté soufflait très exactement hier quelque 110 bougies dans un établissement long séjour de la capitale comtoise.

Encore bon pied bon œil (en dépit, il est vrai, d'une vue tout aussi altérée que son audition), cette célibataire de (très) longue date avait exercé sa passion pour la couture jusqu'à ses 100 printemps, à son domicile du square Castan. Ce qui, depuis son départ en maison, ne l'a pas empêchée de continuer à "tricoter"… mais davantage avec les jambes, en esquissant des pas de danse sous le regard toujours admiratif de ses co-pensionnaires.

Le secret de sa forme et de sa longévité? Juliette n'en parle pas. Mais il semblerait que son penchant pour la bonne chère plaide en sa faveur… De même peut-être qu'une sous-exposition au stress, aux ondes radio, gaz d'échappement, pesticides, OGM, conservateurs, colorants, produits de synthèse…

Mais bien sûr, là n'est qu'une supposition à laquelle nous répondrons par nous-mêmes d'ici quelques décennies. Ou pas.

GéPé
Publié le jeudi 22 août 2013 à 12h21

Confirmez-vous la suppression ?