Giromagny (90) : Extrême rancune

Durant près de 5 mois, d\'avril à août, elle aura vécu la peur au ventre. Et ça se comprend ! Quand ce n\'était pas des injures et menaces de mort que l\'on taguait sur la façade de la maison où elle vit avec sa mère, c\'était des poupées dévêtues et mutilées que cette Giromagnienne d\'une vingtaine d\'années découvrait devant sa porte, tandis que les véhicules stationnés dans sa rue se retrouvaient quant à eux bien souvent les pneus à plat.

Un cauchemar qui depuis a donc heureusement pris fin… grâce à l\'acharnement des enquêteurs, dont le laborieux travail d\'investigation permettait en effet de confondre dernièrement le seul et unique auteur de ces inquiétants rituels : un homme de 39 ans résidant lui aussi à Giromagny, et qui aura expliqué avoir agi de la sorte pour se venger de cette jeune étudiante en BTS… qui ne l\'aurait pas remercié suffisamment, au terme d\'un stage qu\'elle avait effectué dans son entreprise. Soit une réaction un brin démesurée mais pas pour autant révélatrice d\'une quelconque psychopathie, d\'après les experts.

Par conséquent, c\'est en tant qu\'adulte pleinement responsable de ses actes que cet individu sans antécédent était ainsi jugé hier à Belfort, et condamné à une peine de 18 mois de prison dont 8 ferme, avec un supplément de 3 années de mise à l\'épreuve.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?