Besançon : Fini de rire

Toujours réfléchir avant d\'agir : telle est la règle d\'or que ne manquera sans doute pas de retenir à l\'avenir ce jeune majeur de 18 ans. Car pour s\'être \"amusé\" en début de mois à braquer et filmer d\'innocents passants bisontins avec la complicité de 4 potes adolescents partageant le même humour douteux, la semaine passée, il a comparu pour la première fois de sa vie devant la justice. Et bien que Noël approche doucement, celle-ci ne lui aura pas vraiment fait de cadeau…

N\'accordant en effet que peu d\'importance au maladroit mea culpa de l\'accusé, qui, penaud, a expliqué s\'être rendu compte un peu tard que ses victimes en panique ne pouvaient pas savoir « si c\'[était] un vrai ou un faux pistolet », le tribunal, davantage focalisé sur la violence du geste que sur la nature de l\'arme, a jugé utile d\'envoyer le jeune homme derrière les barreaux pour sa toute première incartade. Très précisément durant 4 mois, plus 8 autres en cas de récidive ou de manquement aux 3 années de mise à l\'épreuve également prononcées à son encontre.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?