Haute-Saône : Flower power

Cette affaire de voisinage avait beau remonter à plus d'un an, les protagonistes l'avaient encore bien en tête ce mardi devant le tribunal de Vesoul. D'autant que deux d'entre eux avaient bien failli se la faire couper à cette occasion !

Dans le box des accusés, un homme – leur voisin –, soupçonné quant à lui d'avoir bel et bien perdu la sienne en ce jour d'août 2012... pour s'être ainsi présenté au domicile des victimes armé d'une serpe.

Un coup de folie sans précédent pour ce retraité, qui n'avait heureusement pas (eu le temps de) donné(r) suite à ses menaces de scalpation, objet d'un dépôt de plainte de la part du couple. Ce couple que le prévenu avait donc pris en grippe pour une sombre histoire de… fleurs.

Car en effet, depuis plusieurs semaines, l'homme s'était agacé de voir régulièrement bouger des pots de fleurs dans son jardin. Un crime inqualifiable qui, avouons-le, valait bien que des têtes tombent !

Ce que la municipalité de cette petite commune de 200 habitants avait visiblement pensé aussi (mais peut-être pas dans un sens aussi strict), en confiant au mépris de la loi une caméra de surveillance à son administré, pour qu'il puisse alors surveiller ses précieuses plates-bandes et confondre les fautifs.
Le fait est qu'en louchant sur la voie publique, l'objectif avait été jugé intrusif par ces fameux voisins, alors devenus les coupables idéaux… Vous connaissez la suite !

Un dérapage sans conséquence pour un accusé sans antécédent qui aura ainsi pu ressortir libre du tribunal… avec toutefois l'obligation à l'avenir de réserver l'usage de sa serpe à la coupe plus traditionnelle des broussailles.

.
Publié le mercredi 4 décembre 2013 à 16h16

Confirmez-vous la suppression ?