Besançon-Micropolis : Foxtrot aura bien lieu

Viendra ? Viendra pas ? Depuis des semaines que la (dé)programmation du spectacle de Dieudonné à Besançon faisait débat, Jean-Louis Fousseret, maire de la ville et PDG de Micropolis, a tenu à confirmer très officiellement par voie de communiqué qu\'il ne s\'opposerait finalement pas à la venue de l\'humoriste le 9 mars prochain. Une décision qui n\'enchante pas plus les collectifs juifs et antifascistes que le premier édile lui-même, comme en illustre son annonce crève-cœur. Sortez les mouchoirs !

« En dépit de mes grandes réticences à accepter l\'accueil de ce Monsieur dans notre Ville, je dois me résoudre à ne pas pouvoir m\'y opposer. Je partage les réserves d\'un grand nombre de Bisontines et de Bisontins qui, comme moi, n\'adhèrent pas aux prises de position publiques que Dieudonné a pu prendre par le passé et les rejettent même.

Pour autant, aucun élément tangible ne laisse augurer a priori d\'une telle attitude de la part de Dieudonné. En conséquence, aucun fondement juridique n\'ouvre la voie à une interdiction de cette représentation. Elle serait même sans aucun doute condamnée par la justice et offrirait en outre aux conseils de ce Monsieur l\'opportunité d\'un versement d\'une somme importante au titre du dommage subi comme cela a été le cas dans d\'autres villes de France. M. Le Préfet, que j\'ai saisi de cette question, m\'a fait part de l\'état de la jurisprudence qui confirme cette analyse. Nos services travaillent d\'ailleurs en collaboration étroite et tout sera mis en œuvre si un dérapage venait à se produire avant ou lors du spectacle ou autour de cette représentation.

Je ne m\'exprimerai plus publiquement sur ce sujet car je ne souhaite contribuer ni à la notoriété ni à la publicité de M. Dieudonné. Ma prise de position est donc ferme et claire : Besançon est fière de sa solide tradition de solidarité, fondée sur des valeurs de fraternité et de rassemblement entre ses habitants. Nous choyons les valeurs d\'humanisme et de droits de l\'Homme. Ceux qui voudraient éventuellement attiser les haines et engendrer la division ne sont pas les bienvenus, ici, dans notre ville.
»

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?