Polémique : Houellebecq un jour, Houellebecq toujours

Bien souvent primé mais encore plus détesté, Michel Houellebecq occupe de nouveau la place littéraire de la rentrée 2015 avec son dernier roman Soumission.

Mais qu'a-t-il bien pu imaginer encore me direz-vous pour retourner la planète médiatique ? Eh bien c'est tout simple, si l'on peut dire. Au travers de son personnage François, il a traité la délicate question d'un Etat islamique en 2022. Toutes les angoisses liées au sujet transpirent par les pores de son héros, et la société se voit totalement remise en cause et stigmatisée par une image dure et forte de l'Islam. L'auteur joue comme à son habitude avec les codes sociaux et les grandes peurs du siècle. Il dira pour le Figaro Magazine : « Nous sommes arrivés en France à un point où le fait même de prononcer le mot Islam peut vous être reproché ; l'Islam ne fait pas partie des sujets dont on peut réellement débattre ». Houellebecq a vraiment le don d'appuyer là où ça fait mal et ce n'est pas pour déplaire aux médias et penseurs de tous horizons qui ont de quoi s'occuper au moins pour le début de cette année, surtout suite aux récents événements.

La sortie de son livre le 7 janvier (jour de la fusillade à Charlie Hebdo) a littéralement trouvé un écho médiatique fort. Ce qui n'est sûrement pas pour déplaire à l'auteur et à sa maison d'édition qui doit bien se frotter les mains. Stratégie commerciale, vision futuriste très romancée ou véritable prophétie, Soumission reste pour l'instant une énigme littéraire. Seul l'avenir sera capable de nous renseigner sur sa vraie vocation…

S.C
Publié le jeudi 15 janvier 2015 à 15h38

Confirmez-vous la suppression ?