Besançon : Il court, il court...

Autrefois roi du ring, c\'est désormais derrière son four à pizza qu\'il s\'illustre depuis quelques mois déjà dans une zone commerciale du quartier de Montrapon. Un changement d\'orientation qui peut surprendre mais n\'est pas la raison pour laquelle Morrade Hakkar, quadruple champion de France et double champion d\'Europe des poids moyen, refait aujourd\'hui l\'actualité.

Dans un entretien accordé à L\'Est Républicain, cet ex-boxer bisontin de 42 ans revient en effet plus volontiers sur sa journée du 14 mars dernier : un vendredi resté mémorable pour lui avoir réservé... une averse de balles.

Pour peu que vous vous souveniez de cet épisode, il était donc cet homme, qui, au moment de regagner sa voiture, avait échappé de peu aux intentions meurtrières d\'un tireur fou, posté le long du boulevard Churchill.

Le mobile de cette tentative d’assassinat ? Il dit la connaître au même titre que son auteur : un jeune homme rancunier d\'avoir dû... déplacer ce jour-là en fin d\'après-midi son scooter pour stationnement gênant au milieu du parking.

Pourtant formulée sans animosité, la demande du puncher reconverti avait alors inspiré une question au conducteur aigri du deux-roues, ainsi curieux de savoir s\'il« avai[t] déjà pris une balle »... en se promettant par ailleurs de « [lui] en mettre une ».

Au vu des événements qui auront suivi la fermeture du commerce vers 23h, la coïncidence semble en effet troublante ! Mais au-delà de cette réaction démesurée à son encontre, le plus étonnant pour Morrade Hakkar est encore de constater que, trois semaines après les faits, son agresseur présumé circule toujours librement au guidon de son scooter dans les rues de la ville. Un peu fort de café pour un individu théoriquement recherché par la police dans deux affaires de coups de feu !

A ce titre, une lettre et une pétition signée par les commerçants implantés sur le site ont notamment été adressées au maire, à la députée ou encore au président du tribunal de grande instance, pour alerter les pouvoirs publics.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?