Belfort : Liberté chérie

Des malfrats aussitôt pris aussitôt relâchés, on en recense tous les jours ! Mais alors que la plupart sont (généralement) coupables de délits mineurs, vendredi dernier, là n'a pas vraiment été le cas d'un Belfortain, laissé libre malgré sa récente mise en examen dans une affaire de vol et recel.

Un rare privilège que l'homme aura à vrai dire essentiellement dû à la… profonde apathie de ses gardiens, prompts à le laisser filer menottes aux poings, après l'avoir conduit ce jour-là sur le lieu de ses larcins supposés, à Mulhouse.

Pour minimiser la boulette, les autorités, qui n'ont pour le moment pas réussi à lui remettre le grappin dessus, ont tenu à préciser que le fugitif n'était pas dangereux. Hormis pour vos biens, cela va sans dire !

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?