Tavey (70) : Toc en stock

Depuis plus d\'un an qu\'elle avait monté son affaire, les choses tournaient plutôt bien pour cette jeune Haut-Saônoise : entre les bijoux, montres, accessoires et autres joujoux hi-tech qu\'elle vendait en effet à temps perdu sur Internet, plusieurs milliers d\'euros lui étaient déjà tombés dans les poches.

La fibre du commerce? Disons plutôt le filon de la contrefaçon, qui lui permettait de proposer à des prix avantageux (surtout pour elle) des imitations de produits de grandes marques, fabriquées à bas coût en Chine. De quoi notamment pousser au plus loin le souci du détail concernant ses répliques d\'iPhone, ainsi conçues dans les mêmes conditions que les originaux !

Malgré cela, les premières plaintes pour arnaque commençaient déjà à tomber il y a 6 mois, donnant lieu à de longues investigations à l\'échelle nationale qui auront donc finalement abouti jeudi dernier à l\'interpellation de cette spécialiste en camelotes, par les gendarmes d\'Héricourt.

Accusée de « vente de marchandises sous une marque contrefaite » et d\' « importation de marchandises contrefaites à des fins commerciales » (avec peut-être un supplément « escroquerie » à venir selon les décisions du parquet de Vesoul), elle devrait être fixée prochainement sur la date de son jugement devant le tribunal correctionnel… sans pouvoir espérer liquider entre-temps ses invendus, saisis à son domicile pour être détruits.

(Photo d\'illustration)

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?