Besançon : Il faudra faire sans

Cette « indemnité d\'indemnisation et de technicité », la direction générale des services de la ville la leur refuse depuis deux ans. De quoi faire enrager la cinquantaine de policiers municipaux bisontins qui, à 75 %, honoreront donc le préavis de grève déposé par la branche locale de leur syndicat, du 13 au 16 juillet prochains : quatre dates durant lesquelles leurs effectifs n\'auraient pas été de trop, pour encadrer la retransmission sur écran géant de la finale de la Coupe du Monde (place de la Révolution), les festivités du 14 juillet et le passage du Tour de France.

Sera-ce suffisant pour obtenir gain de prime ? C\'est ce que tous espèrent, en n\'excluant pas de mener au pire d\'autres actions (de ce genre ?) en parallèle, si par hasard la municipalité s\'évertuait à camper sur ses positions… alors qu\'actuellement à Besançon, « les policiers municipaux restent parmi les rares fonctionnaires à ne pas percevoir [cette] prime », en plus d\'être placés sur un « même point d\'égalité et de risque » qu\'un agent administratif.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?