Immobilier de luxe en vue rue Pasteur

Les Bisontins ont pu remarquer rue Pasteur un panneau annonçant la création de la future résidence
\"Les Ursulines\", en lieu et place de l’ancienne école primaire Saint-Ursule.
appartements dont les surfaces vont de 70 à 180 m2 sont en cours de construction à cet emplacement dans le cadre d’une opération privée. Celle-ci est développée par le groupe FJ Investissement sous son enseigne de luxe Pierre et Vie, ce groupe étant leader sur le marché de l’immobilier régional. Il s’agit d’une rénovation de prestige : \"Nous nous inscrivons dans une recherche constante de qualité pour un immobilier patrimonial. Nous travaillons avec des entreprises locales, cette proximité nous permettant de contrôler la qualité des produits et des services à la carte que nous offrons à nos clients\", explique Patrick-Olivier Equoy, directeur commercial.
La cible visée est clairement posée : il s’agit de proposer des appartements de haut standing à une clientèle privilégiée, avec des ascenseurs, des places de stationnement (avec parking motorisé s’il vous plait !), des grands balcons, et globalement tout un ensemble d’équipements que l’on trouve difficilement au centre-ville. En somme, tout le confort d’un produit entièrement réhabilité avec le charme de l’ancien. \"Notre clientèle cherche du beau ; elle veut être au cœur de la vie culturelle, et pouvoir bénéficier des commodités du centre-ville\". La plupart des clients sont de Besançon ou issus de la périphérie, et quelques anciens Bisontins viendront prendre leur retraite dans ce futur havre de paix aux cours majestueuses, où végétation savamment implantée et fontaine feront presque oublier que l’on est au cœur de la cité…
Pour les amateurs qui souhaiteraient investir dans ce projet, quatre appartements dont les surfaces restent modulables sont encore disponibles en commande, pour une livraison globale prévue pour le troisième trimestre 2008. Seul hic, le prix : il faut compter entre 320 et 350 000 euros pour un appartement de 100 m2 !
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?