Doubs : Inconsciente insouciance

On dit que la chance sourit aux audacieux. Et effectivement ! Une nuit de 2011, entre Baume-les-Dames et Besançon, ce jeune casse-cou de 18 ans avait eu un bol monstre de sortir indemne de sa voiture aux pneus usés et sous-gonflés… qu'il avait emplafonnée sans permis (à peine 4h de conduite en auto-école à son actif !) et sous l'emprise combinée de l'alcool et du cannabis, contre une barrière de sécurité, au bord d'un ravin.

Beaucoup moins bien loti en revanche, son passager et "meilleur ami" (qu'il aurait pu abandonner sur place si un témoin de l'accident n'avait pas insisté pour appeler les pompiers) avait quant à lui eu droit à 3 semaines de coma, deux mois d'hospitalisation et autant de rééducation, après avoir été éjecté de l'habitacle sous l'effet du choc. Ce dont il garde encore aujourd'hui des séquelles neurologiques. Et tout ça au départ pour un trajet d'à peine 2 km…

Jugé la semaine dernière, l'irresponsable conducteur a exprimé de vifs regrets devant le tribunal de Besançon. Lequel, voulant croire à sa prise de conscience 4 ans après les faits, l'a condamné à 18 mois de prison avec sursis. Une peine complétée de l'obligation d'indemniser sa victime, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

.
Publié le jeudi 2 avril 2015 à 09h09

Confirmez-vous la suppression ?