Insécurité, violences : Besançon passe au révélateur

A l\'occasion de l\'élaboration du contrat local de prévention et de sécurité de Besançon pour la période 2008-2010, l\'Observatoire de la sécurité à Besançon a rendu son diagnostic. Voici les 5 points principaux à retenir.

1. Une légère amélioration en 2006
Depuis 2004, le nombre de faits enregistrés est en légère décrue. On compte 40 dégradations et 20 agressions de moins par moins par rapport à 2005.

2. Des réalités contrastées entre les différents quartiers
Si l\'on rapporte le nombre de faits enregistrés au nombre d\'habitants, ce sont les quartiers de Planoise, de Battant et du centre-ville qui sont les plus préoccupants. Cependant, le centre-ville est également le secteur qui enregistre la baisse la plus significative (7,2 faits par mois en moins en 2006 qu\'en 2005). A l\'inverse, les quartiers affichant les plus fortes hausses sont la Grette-la Butte, Battant et Saint-Ferjeux.

3. Le sentiment d\'insécurité reste assez faible
Selon l\'étude menée par l\'Observatoire, 78,2 % des Bisontins jugent leur ville \"très sûre\" ou \"plutôt sûre\". A noter que 60 % des personnes interrogées n\'avaient pas d\'avis sur la question, illustrant ainsi le fait que la sécurité n\'est pas une préoccupation majeure au quotidien.

4. Jugement contrasté sur l\'efficacité des politiques de lutte contre l\'insécurité
Les politiques menées sont jugées majoritairement efficaces concernant les travaux d\'aménagement et de sécurisation des immeubles et espaces publics, les actions d\'aide à la parentalité, ou encore les actions en matière d\'aide aux victimes. A l\'opposé, sont jugées peu efficaces les actions de lutte contre les rodéos de scooters et contre la mendicité dans le centre-ville.

5. Planoise et Battant posent problème
Le diagnostic de l\'Observatoire de la sécurité montre que la situation continue de se dégrader à Planoise. Le quartier cumule les agressions, les incendies, les jets de pierre, mais aussi les \"petites\" incivilités. Plus de 50 % des habitants disent ne pas s\'y sentir en sécurité.
L\'Observatoire note également que les troubles, notamment nocturnes, progressent de façon inquiétante. A ce titre, le quartier Battant est en souffrance. Il souffre également de dégradations répétées, de rixes nocturnes et de trafics de stupéfiants.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?