Tout Besançon sur Internet
METEO Besancon 
 Prévisions Détaillées 
Ce jour
13
Besancon
Mar
25
Mer
27
Jeu
25
Ven
21
CPAM
 
Toute l'actualité
 Jeu dangereux au collège Diderot de Besançon
Envoyer à un ami par email

La semaine dernière, le traditionnel jeu des gendarmes et des voleurs a conduit une demi-douzaine de collégiens dans un "vrai" commissariat. Les quelques copains avaient en effet inventé une nouvelle version de cet amusement enfantin, laquelle consistait à tabasser violemment les "voleurs".

Dans la règle d'origine des gendarmes et du voleur, les joueurs désignés comme "voleurs" sont remis dans le droit chemin par une petite tape de la part des "gendarmes". Un jeu amusant à l'école primaire, mais qui commence à lasser lorsqu'on a 12 ou 13 ans.
C'est pourquoi un petit groupe d'élèves du collège Diderot de Besançon a adapté les règles : les joueurs les plus costauds (dit "les gendarmes") doivent tabasser les plus faibles (soit "les voleurs"). Ces derniers ont le droit de tenter de s'évader, sachant que cela leur vaut une nouvelle correction.

Ce nouveau jeu a passionné certains adolescents. La semaine dernière, une demi-douzaine d'entre eux a attiré quelques camarades dans un coin de la cour, avant de frapper et de caillasser ceux-ci, tout en les maintenant fermement.
Physiquement, les jeunes victimes ont été contusionnées plus que blessées. Mais psychiquement, ce "jeu" les a traumatisé. L'un des élèves souhaite même changer d'établissement scolaire.

Ce problème aurait pu être réglé discrètement en interne par la direction du collège. Sauf qu'une mère de famille a déposé plainte au commissariat de Besançon, lequel a convoqué les "gendarmes" en herbe.
Ceux-ci, pas vraiment impressionnés par les policiers, n'ont pas semblé regretter leurs actes. Pour eux, il s'agissait réellement d'un jeu, excusable qui plus est par leur jeune âge.
Les policiers chargés d'auditionner les adolescents se sont dit inquiets de cette banalisation de la violence.
Quant aux parents, c'est assez honteux qu'ils sont venus chercher leurs enfants au commissariat...

Un seul des collégiens convoqués ne s'est pas encore présenté aux policiers, de même que ses parents. Ceux-ci veulent que leur fils assume ses actes, et estiment qu'ils ne sont pas concernés par cette affaire.
A tort ou à raison?

Quoi qu'il en soit, les petits caïds seront doublement punis pour la violence de leur jeu. Par le délégué du procureur d'une part, et par le principal du collège Diderot d'autre part.
Celui-ci craint que cette affaire, très médiatisée par les journaux locaux, ne porte tort à son établissement. Il affirme pourtant que son collège, bien que situé "dans un quartier où l'on enregistre des phénomènes de violence" (Planoise en l'occurence), n'est pas plus agité qu'un autre.
Selon lui, "c'est la première fois que nous enregistrons un tel dérapage". Raison de plus pour que "la sanction soit exemplaire"!

R. Hingray
actualités Besançon Publié le lundi 17 mai 2010 à 10h49
Nos articles sont rédigés en compilant des informations issues des enquètes réalisées par nos reporters, de sources officielles, des participations des internautes, de blogs, de l'Agence France Presse (AFP), l'Est Républicain, France 3, France Bleue, La Gazette, MaCommune, Plein Air, Le Progrès, Le Pays. Les illustration (photos ou dessins) n'ont pas de rapport avec l'article
Réaction de magdalena25
“Il me semble logique que certains parents portent plainte, c'est grave comme acte, trop grave pour qu'une "simple" punition faite par l'établissement soit apliquée. Surtout que visiblement ces jeunes n'ont pas du tout été impressionnés par leur visite au poste, comme quoi la banalisation de la violence est bien un fait réel prenant de l'ampleur.”
actualités BesançonEnvoyée le lundi 17 mai 2010 à 11h53
Réaction de Rachida25
“Les parents sont bien évidemment concernés par les actes de leurs enfants, qu'ils soient bienveillants ou malveillants : il est important pour des parents de manifester leur contentement ou leur désapprobation envers leurs enfants, cela montre l'intérêt qu'ils portent à leur progéniture, montre aussi leur capacité à être parents, à poser les limites éducatives protectrices pour leurs enfants quand le besoin est là. Mais.....facile à dire ou écrire quand on voit l'état psychologique de certaines familles se sentant délaissées par la société.
Il est des familles où les parents déprimés n'ont plus la force d'éduquer leurs enfants, surtout quand ils perdent leur travail qui reste un lien social important et une source de revenus digne, les enfants n'ayant plus de support solide angoissent terriblement et se réfugient dans des drogues, de la violence : des appels au secours. Il faudrait une école des parents et des éducateurs pour venir à la rescousse de ces familles démunies sur ce plan-là.....et d'autres......et des éducateurs dans les établissements scolaires et dans les quartiers, il en manque énormement, cela fait des années que Jacques SALOME, visionnaire psychothérapeute, préconise ces mesures éductives.”
actualités BesançonEnvoyée le lundi 17 mai 2010 à 21h07
Réaction de fantasik
“Ok Rachida, ça explique certaines réactions mais ça le justifie pas. Ce n'est peut-être pas facile à assumer, ça ne l'a jamais été, mais les parents sont responsables de leurs enfants, de leur éducation.
Pour moi c'est justement montrer le mauvais le exemple quand les parents"estiment qu'ils ne sont pas concernés par cette affaire", et de fait perdre une fois de plus de la crédibilité.
actualités BesançonEnvoyée le mardi 18 mai 2010 à 09h46
Réaction de magdalena25
“La situation des parents aurait beau être catastrophique, le mode éducatif doit garder les mêmes valeurs. Certes ils ont peut-être plus de laissé-aller vu leur état d'esprit déprimé mais il faut continuer à tenir son rôle de parent.

Perso j'ai vécu une période de chômage en étant seule avec mon fils, oui j'avais des baisses de morale mais je ne l'ai pas pour autant délaissé et j'ai continué à lui apprendre qu'il faut tout faire pour bosser, respecter les autres..... c'est un peu trop facile de toujours tout mettre sur le dos de la société pour l'absence des parents.

Après le manque d'éducateurs, de pionts.....c'est clair que c'est un autre problème et c'est scandaleux que si peu de moyens soient accordés à ces postes primordiaux.”
actualités BesançonEnvoyée le mardi 18 mai 2010 à 12h14
Réaction de crys
“Ce problème aurait pu être réglé discrètement en interne par la direction du collège.
Que veux dire cette phrase?
Qu'allait faire la direction?
Conseil de discipline ou autre?
Ben voyons!!!
Par ce comportement la direction du collège protège ces petits délinquants,car comme ils le soulignent ils ne pensaient pas faire de mal c'était un jeu et comme par hasard se sont toujours les plus forts qui s'attaquent aux plus faibles,pourquoi ne jouent-ils pas à ce jeu débile entre plus forts?
Trop peur de se faire tabasser eux mêmes?
Quant aux parents qui ne se sont pas déplacés affirmant que cela ne concerne que leur fils ça promet pour la suite.
Comment voulez vous responsabiliser les enfants quand les parents démissionnent?
Comme je l'ai déjà dit et comme Francis l'avait précisé pour l'avoir subi,remettons en place les maisons de correction.
Pas ces centres fermés où il y a 2 éducateurs/gamins,éducateurs complètement démunis qui parlent aussi vulgairement que ces gamins paumés,juste de l'autorité.
Quand mes enfants étaient petits et que j'allais les chercher à l'école je leur demandais s'ils avaient été gentils en classe,aujourd'hui les parents demandent à leurs enfants si la maîtresse ou maître ont été gentils avec eux.
On perçoit de suite le respect que les parents ont pour l'enseignant,enseignant qui maintenant fait plus de la garderie et ne dispense plus son savoir,alors ne soyons pas surpris de l'ignorance crasse des jeunes de maintenant ,d'ailleurs la France est passée en quelques années de la 6° à la 23°place au niveau des connaissances,ça donne à réfléchir.
Et ne dites pas que se sont uniquement les familles aisées qui peuvent payer de bonnes études à leurs enfants,nombre de personnes autour de moi ,moi y compris sortent des banlieues et nous n'avons pas si mal réussi,seulement nous avons eu des parents autoritaires qui nous ont inculqué la différence entre le bien et le mal et une paire de baffes de temps à autre ne nous a pas fait de mal.”
actualités BesançonEnvoyée le mardi 18 mai 2010 à 15h12
Réaction de Rachida25
“Nous ne sommes pas tous égaux devant les difficultés et pour plein d'autres choses, fort heureusement aussi....”
actualités BesançonEnvoyée le mardi 18 mai 2010 à 20h43
Réaction de crys
“Peut être pas tous égaux mais si facile de faire porter le chapeau aux autres”
actualités BesançonEnvoyée le mercredi 19 mai 2010 à 00h38
Réaction de vivi368
“j'ai étais témoin de cet acte et je suis très choqué de ce qui c'est passé. Les personnes qui ont fais ça (dont je tairai les noms), ne me surprennent pas. C'est tout à fait eux : heures de retenues accumulés, absences, évictions de cours... Le fils de la mère de la mère qui a porté plainte est un de mes meilleurs amis. Je suis allé voir ses parents et c'est sa mère qui a pris la décision. J'espère que ça ne se reproduira plus. ”
actualités BesançonEnvoyée le jeudi 23 septembre 2010 à 19h06
Réagir à cet article :
Merci de vous connecter pour réagir à cet article  •  Créer un compte
 
LISTE DE DIFFUSION
Faire de www.Besac.com votre page de démarrage Page de démarrage
Ajouter www.Besac.com à vos Favoris Ajouter à vos Favoris
A propos de www.Besac.com Qui sommes-nous?
Contacter l'équipe www.Besac.com Nous contacter
Mentions Légales & Conditions Générales d'Utilisation www.Besac.com Mentions légales
Siret : Besançon 437701402
Création de site Internet:
DynAgence : création hébergement sites internet Besançon  DynAgence.fr