Jugement suite à l'agression au couteau dans un bar.

Le 1er avril dernier, alors qu'Alexandre sort d'un bar-discothèque, il se fait poignarder par un pontissalien de 26 ans.



Il est minuit, et Alexandre quitte le Néo Kafe pour rentrer chez lui. En sortant, alors qu'il marchait tranquillement sur le trottoir, un véhicule arrive à vive allure, et monte sur le trottoir. Obligé de faire un mouvement d'écart pour ne pas se faire renverser, Alexandre interpelle le conducteur d'une twingo immatriculée en Allemagne.





Une entaille profonde de 2cm

Alpaslan, le conducteur âgé de 26 ans, sort de la voiture et commence à insulter le piéton. La scène se déroule devant le bar, et Jean-Pierre, un videur, fait signe à Alexandre de rentrer, le temps que les esprits se calment.



Mais en franchissant l'entrée, Alexandre reçoit un coup de couteau au niveau de la cage thoracique. Le SMUR arrive sur les lieux, et prend en charge Alexandre qui a reçu une entaille de 2cm d'épaisseur et de 2 cm de profondeur.







Un opinel de 8 cm

Alpaslan, lui, rentre chez lui, nullement inquiété par la police qui n'est même pas appelée sur les lieux. Profitant de la nuit et d'un endroit calme, il jette par la fenêtre l'arme de l'agression, un opinel de 8 cm. Le jeune responsable magasinier se défend à la barre de ne pas avoir eu envie de tuer Alexandre. « Heureusement pour vous, répond le président, ou sinon vous seriez en détention et dans l'attente d'un jugement en Cour d'Assises ».



15 mois ferme

Le président termine l'interrogatoire du prévenu, en présentant les photos des blessures et les conclusions du médecin : « 5 cm au dessus de la blessure, et le cœur ou une artère aurait été touché, et Alexandre ne serait certainement pas là ».



Le procureur de la République, indigné par un tel acte, réclame 15 mois d'emprisonnement ferme. « Se faire poignarder par arme blanche à 1 heure du matin, est un acte odieux ».



Jugement : 10 mois d'emprisonnement et mise à l'épreuve durant 2 ans, 1.000€ d'amende et 1.500 € de dommages-intérêts.







Aurélien CENTELLES
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?