Besançon : L'application Pokémon Go fait une première victime

C'est ce lundi 25 juillet qu'une voiture circulant étrangement a alerté une patrouille de police. En effet, après avoir fait un dépassement plus que limite, le véhicule s'est mis à zigzaguer sur la chaussée.

Clairement, tout porte à croire que son conducteur était sous l'emprise d'une drogue hallucinogène très puissante.

Les policiers décident de s'intéresser à la voiture lorsque celle-ci s'est encastrée violemment dans un muret – sans explication.

Une fois sur les lieux de l'accident, le conducteur – un jeune homme de 22 ans – a tout de suite avoué les faits : c'est le jeu vidéo Pokémon Go qui l'a poussé contre le muret !

Ce nouveau jeu vidéo sorti il y a seulement quelques jours se joue sur son téléphone portable. Or, le jeu incite ses utilisateurs à sortir, en pleine rue, à la recherche de créatures nippones fantastiques. Tout l'intérêt réside dans la collection : plus on parcourt la ville et la campagne à la recherche des personnages virtuels et plus on a de chance de capturer une bestiole rare.

Forcément, le chauffard était en pleine partie de Pokémon Go alors qu'il roulait dangereusement en pleine ville ! Encore une chance qu'il n'ait tué personne… Cela lui a coûté 6 points sur son permis et 4 contraventions. Mais est-ce suffisant pour calmer un fan du jeu ?

Ce nouveau fait divers abracadabrantesque montre une fois de plus la dangerosité et l'emprise que les jeux vidéos peuvent avoir sur les simples d'esprits. Ce n'est pas pour rien que Pokémon Go est l'application préférée de Justin Bieber !

Heureusement pour nous, la Franche-Comté reste plutôt calme et nous n'avons pas encore vu de débordement comme celui survenu à Bordeaux lors de l'apparition d'un Leviator, une des créatures les plus rares du jeu :



De nombreux internautes et associations se mobilisent pour faire interdire le jeu (une association américaine aurait réunie plus de 800 000 signatures) qui permet à des millions de petits enfants obèses de courir dans les parcs de France et de Navarre.
Publié le mardi 26 juillet 2016 à 08h26

Confirmez-vous la suppression ?