Besançon : La liberté sans peine

Parmi toutes les bizarreries qui font le charme de notre système judiciaire, il y en a une qui, clairement, ne cessera jamais de nous épater : le fait qu\'un mandat de dépôt (incarcération immédiate à l\'issue de l\'audience) ne soit apparemment applicable que pour des peines supérieures à un an de prison (hors jugement en comparution immédiate).

Ce qui permet donc à un nombre non négligeable de \"petits\" malfrats de jouir encore un peu de la liberté après leur procès. A l\'exemple de ce Bisontin de 18 ans condamné dernièrement à une peine non encore purgée de 5 mois de prison pour vol avec violence, et ainsi laissé libre lundi matin de… commettre un cambriolage dans une habitation du secteur de Chaudanne.

Sa tentative ayant toutefois mal tourné suite au déclenchement d\'une alarme, elle aura au moins eu le mérite d\'accélérer les choses, en conduisant sans plus tarder notre homme en prison pour qu\'il y subisse enfin sa peine à retardement.

A noter qu\'il était accompagné ce jour-là d\'un complice du même âge, lui aussi connu des services de police, et pour cela… relâché dans l\'attente de leur procès commun.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?