Bourgogne : La preuve par 1,64

Chinoiser, en baver comme un Russe, aller se faire voir chez les Grecs, parler comme un Italien… autant d\'idiotismes toponymiques (à vos souhaits) que la langue française a bien souvent forgés sur les stéréotypes et les idées reçues, et que nous continuons à employer communément sans toujours en saisir le bon goût.

Ainsi, si certains peuvent parfois s\'avérer \"flatteurs\" pour nos voisins du monde (b*nder comme un Turc), d\'autres, pour ne pas dire la plupart, n\'ont en revanche rien de l\'image d\'Epinal.
A titre d\'exemple, qui ne s\'est donc jamais surpris à faire quelque chose en juif, à réaliser un travail d\'arabe (ou de cochon, voyez le paradoxe) ou encore à finir une soirée saoul comme un Polonais !
Justifiées ou pas, on évitera les ennuis en vous laissant décider seul(e) du bien-fondé de ces expressions… à l\'exception peut-être de la dernière, pour laquelle les gendarmes du peloton motorisé de Chalon-sur-Saône ont récemment apporté un probant élément de réponse.

Signalé par plusieurs automobilistes alors qu\'il circulait tous feux éteints avec une trajectoire plus qu\'hésitante, c\'est en effet pour contrôler un chauffeur routier Polonais à la conduite à risques que la brigade intervenait vendredi soir sur l\'A6. Verdict : 1,64 g d\'alcool par litre de sang, suite à un abus de vodka entre collègues sur un parking.

Une réputation non usurpée, ça s\'entretient.

GéPé
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?