Doubs : L’appel de l’obscénité

Quand certains utilisent leur téléphone pour monter un canular, d'autres s'en servent plus volontiers pour montrer leur braquemart. Phonétiquement, ça sonne presque pareil ! Mais sémantiquement et pénalement, c'est une autre histoire : celle de ce jeune Ornanais de 19 ans, qui comparaissait hier devant la justice bisontine pour s'être effectivement exhibé plus d'une fois lors d'appels \"visiophoniques\" tantôt adressés à des jeunes filles de son répertoire, tantôt à de parfait(e)s inconnu(e)s. Le tout en pensant naïvement que masquer son numéro suffirait à préserver son anonymat.

Hélas pour lui, il n'aura en vérité pas fallu bien longtemps aux enquêteurs pour remonter sa trace, suite aux plaintes déposées par (seulement) deux de ses cibles.

Conformément aux réquisitions du parquet, le prévenu a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et devra indemniser ses victimes. En outre, son nom est désormais inscrit au Fichier Judiciaire Automatisé des Auteurs d'Infractions Sexuelles.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?