Besançon : Un service bien mal récompensé

Si porter secours à une dame en détresse est une très noble cause, dans certains cas, c'est triste à dire, mais il peut être préférable de s'abstenir, sous peine de s'attirer plus de problèmes que de reconnaissance...

A 20 et 21 ans, ces deux jeunes de la périphérie bisontine en savent quelque chose ; l'un et l'autre s'étant retrouvés en début de semaine dans le box des accusés, après avoir voulu faire passer l'envie à un conjoint notoirement alcoolique et violent de battre sa femme. En l'occurrence, la mère d'un ami qu'ils avaient croisé paniquée dans la rue, un samedi du mois de juin.

Suite à cette rencontre, ils s'étaient alors effectivement rendus sans tarder au domicile du couple, pour y gazer le mufle au moyen d'une bombe lacrymogène. Episode ayant donc débouché sur un dépôt de plainte et la convocation de nos deux justiciers devant les tribunaux… où leur protégée aura contre toute attente fait volte-face, en niant leur avoir parlé ce jour-là.

Condamnés à 500 € d'amende en cas de récidive, ils devront pour l'heure verser 300 € de dommages et intérêts au concubin malmené, qui, d'une même voix avec son punching ball de compagne, a annoncé vouloir se marier cette année…

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?