Le centre commercial n\'est pas le bienvenu à Avanne-Aveney

La municipalité d\'Avanne-Aveney a lancé un projet de construction d\'une Zone d\'Activité (ZAC) à l\'entrée du village. Celle-ci comprendrait un supermarché de 998m² du groupe Colruyt, une galerie commerciale, un restaurant, un hôtel et des bureaux à louer.
Cette nouvelle ZAC ne fait pas que des heureux parmi les habitants. Une association a même été créée pour dénoncer ce projet et tenter d\'annuler le permis de construire du supermarché.

Dans un récent communiqué, Entraide Citoyenne s\'inquiète pour l\'avenir d\'Avanne-Aveney : \"Alors que de nombreuses communes s\'efforcent aujourd\'hui de favoriser sur leur territoire la création ou le maintien de commerces de proximité et de réserver des terrains pour une agriculture de proximité, le conseil municipal a choisi de suivre les intérêts d\'un lotisseur et d\'investisseurs privés avec la construction d\'un supermarché (et non d\'une superette comme on l\'entend encore du côté de la mairie) qui concurrencera les commerçants actuels, acteurs d\'une vie au centre du village. La boulangerie, le boucher-traiteur et le coiffeur sont ainsi condamnés à s\'effacer au profit d\'une zone excentrée.\"
Cette ZAC semble d\'autant plus inutile que le village est situé à 10 minutes en voiture de trois autres centres commerciaux : Planoise-Ile de France, Planoise-Cassin, et Chateaufarine.

Le 1er avril dernier, le tribunal administratif de Besançon a décidé de ne pas donner suite aux recours de l\'association Entraide Citoyenne et des commerçants du village. Il a jugé que l\'objet de cette association était \"trop général pour justifier d\'un intérêt à demander l\'annulation du permis de construire Colruyt\".
Or Entraide Citoyenne dénonce un non-respect de la réglementation en matière d\'urbanisme commercial. L\'association reproche également à la municipalité son absence de transparence dans ce projet.

Une pétition contre la ZAC avait permis de récolter plus de 500 signatures (la commune compte 2703 habitants). La désapprobation des électeurs ne devrait toutefois pas décourager la municipalité, qui avance pour argument que bientôt, la ménagère d\'Avanne-Avaney pourra \"acheter des fleurs dans la future zone commerciale\"...

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?