Un noceur en excès de vitesse à Besançon

Vendredi dernier, un jeune conducteur invité à un mariage s\'est fait remarquer au centre ville de Besançon, puis sur la route. Pour lui, la noce s\'est terminé à la fourrière!

Le jeune homme de 19 ans a commencé à attirer l\'attention avant même le début de la cérémonie. En attendant les mariés sur la Place du 8 Septembre, il s\'amusait en effet à faire ronfler le moteur de son Audi R8, une voiture de location.
Un copain lui répondait selon le même procédé, au volant d\'une Ferrari F430 spider. Un troisième larron faisait quant à lui fumer les pneus d\'une Mercedes classe E sur les trottoirs devant les Galeries Lafayette.
Autant dire que cette noce n\'est pas passée inaperçue! Les passants n\'étaient d\'ailleurs pas avares de regards et de remarques désobligeantes envers ces jeunes gens un peu trop démonstratifs.
Le samedi soir, cette même noce s\'est encore fait bruyamment remarquer dans le quartier de la Grette.

L\'histoire s\'est finalement conclue le dimanche soir, vers 22h, sur l\'autoroute A36, à hauteur de Vieilley.
Le conducteur de l\'Audi R8 ayant fini de faire la fête à Besançon, il se rendait à Mulhouse. Sans doute pressé d\'arriver à destination, il filait à 180km/h, au lieu des 110 autorisés pour les jeunes conducteurs comme lui.
Les excès de vitesse sont fréquents sur cette portion d\'autoroute. Les gendarmes y sont donc particulièrement vigilants, et ils ne pouvaient manquer de remarquer notre noceur!

Immédiatement intercepté, le jeune homme s\'est vu retirer son permis sur le champ et pour longtemps, tandis que son véhicule de location était immobilisé.
Sans compter les conséquences pénales de cet excès de vitesse, le conducteur devra faire face à une note de location qui risque de s\'avérer salée. Sa voiture étant immobilisée, il doit en effet attendre le bon vouloir d\'un juge pour la restituer à l\'organisme de location.
Une Audi R8 se louant aux environs de 1000€ la journée, la facture va monter très très vite...

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?