Le Franchecomtexit : comment la Franche-Comté peut sortir de la zone Bourgogne

L'idée n'est pas nouvelle : depuis la fusion, nombreux sont les nostalgiques de l'indépendance régionale de la Franche-Comté.

Après les démêlés politiques de l'année dernière, la situation s'est pourtant stabilisée. Oui, Besançon a perdu de sa stature, mais la grande région reste attractive grâce à ses nombreux sites touristiques. Cependant, l'anniversaire de la grande région Bourgogne-Franche-Comté a été fêté dans un calme relatif.

Si la grande majorité des habitants de l'ex-Franche-Comté sont résignés, un petit groupe d'irréductibles anonymes tente de mettre sur pied un "Franchecomtexit". Autrement dit, une sortie de "la zone Bourgogne".

Le processus serait le suivant : à l'initiative d'un référendum populaire, les habitants de la Bourgogne-Franche-Comté pourraient voter pour une sortie de la Franche-Comté de la région.

Le principe est bien sûr calqué sur le "Brexit". Il est nécessaire d'évaluer le coût d'un Franchecomtexit pour voir s'il est opportun.

Pour chiffrer les coûts, on part du principe que le Brexit coûtera environ 50 milliards d'euros au Royaume-Uni qui a un PIB de 2 300 milliards d'euros.

En appliquant le même ratio à la Franche-Comté, qui a un PIB d'environ 29 milliards d'euros, le coût du Franchecomtexit pourrait donc dépasser les 580 millions d'euros (la Franche-Comté avait un des PIB les plus faibles de France).

Un montant qui serait payé par le contribuable tout à fait réaliste puisque cela ne fait que 484 € à payer par habitant (nous sommes environ 1,2 millions à vivre dans cette belle région).

Mais, compte tenu de la baisse du pouvoir d'achat, l'issue du référendum serait loin d'être certaine - sauf si les Bourguignons veulent se débarrasser de nous !
Publié le vendredi 5 mai 2017 à 08h52

Confirmez-vous la suppression ?