Le lundi de Pâques ne sera pas férié cette année!

Le ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner vient d\'annoncer que le lundi de Pâques 2010 (soit lundi prochain), ne serait pas férié cette année en France. Cette journée a en effet été déclarée \"Journée de solidarité envers les Grecs\".
Les salaires perçus ce lundi permettront d\'aider les habitants de la Grèce à financer leurs retraites.

Le financement des retraites est un vrai problème en Europe. L\'un des pays les plus touchés reste toutefois la Grèce : l\'Etat, déclaré en déficit par l\'Union Européenne, a dû verser 2,47 milliards d\'euros aux caisses sociales en 2009.
\"Pour 2010, les prévisions sont pires\" a annoncé Andreas Loverdos, le ministre grec de l\'emploi. L\'Etat craint même de ne pouvoir débourser une telle somme, et ne trouve pas d\'autre solution que de repousser sans cesse l\'âge légal des retraites (actuellement fixé à 60 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes).

Les pays européens s\'étaient engagés à \"apporter tout le soutien financier nécessaire\" à la Grèce pour l\'aider à sortir de ses difficultés.
La France étant elle-même dans une situation difficile, le gouvernement a décidé de faire appel à la générosité de ses compatriotes pour l\'aider à tenir ses promesses. D\'où la création d\'une Journée de solidarité envers les Grecs.

Dans la pratique, les Français, salariés du privé comme du public, seront dans l\'obligation de travailler le Lundi de Pâques, mais sans être rémunérés. La totalité de leur salaire sera reversé à l\'Etat Grec.
Ceux qui tenteraient de chômer malgré tout ce jour-là pourraient avoir à régler une amende équivalente à deux journées de salaire.
Plus d\'1,5 milliard d\'euros devraient ainsi pouvoir être collectés et envoyés en Grèce.

Actuellement, la Journée de solidarité envers les Grecs est limitée à l\'année 2010. Toutefois, si cet Etat ne parvient pas à sortir de ses difficultés financières, il est possible que cette généreuse initiative soit reconduite dans les années à venir.

Rédaction : Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?