Besançon : Le silence est d\'or

S\'il est un mot d\'ordre que se doit de respecter tout cambrioleur digne de ce nom, c\'est bien la discrétion : cette aptitude dont on a justement pu voir ici et qu\'elle n\'était pas toujours le fort des représentants bisontins du vol par effraction.

Mais alors qu\'on pensait avoir touché le fond en ce qui les concerne, l\'un d\'eux a trouvé le moyen de repousser encore plus loin les limites insoupçonnables de l\'imprudente incompétence. A un tel point d\'ailleurs qu\'on se demanderait presque si, à bien y réfléchir, il n\'aurait pas eu meilleur temps de crier haut et fort dès le départ ses basses intentions en pleine rue. Quoique ! En ce mardi 1er avril, il y aurait même eu moyen que cela passe inaperçu...

… contrairement donc aux intrigants coups de perceuse qu\'il aura préféré donner ce soir-là dans la porte d\'une habitation des Tilleroyes qu\'il souhaitait visiter. Une bruyante séance de bricolage en effet trop tardive pour être crédible aux oreilles du voisinage, qui aura dès lors alerté les forces de l\'ordre et permis l\'interpellation de l\'individu : un homme d\'une trentaine d\'années... dont on ne s\'étonnera pas franchement qu\'il soit déjà connu des services de police, au vu de son étrange conception de la furtivité.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?