Besançon : Peine perdue

Jugé une \"première fois\" fin 2013, un quinquagénaire au casier judiciaire déjà bien lourd en vérité était invité à recomparaître dernièrement devant la cour d\'appel de Besançon. Fort d\'une expérience de 25 ans (de prison) dans le domaine de l\'effeuillage vulgaire et des agressions sexuelles (une quinzaine de condamnations au total), il s\'était livré en octobre dernier à des attouchements sur deux fillettes de 8 et 11 ans, dans le petit bassin de la piscine Mallarmé.

Des gestes que l\'individu, sous \"contrôle\" judiciaire à l\'époque, n\'avait pas reconnus lors de son précédent passage devant le tribunal... et n\'aura pas plus avoués en ce début de semaine. D\'où l\'avis de la cour de faire preuve d\'une semblable inflexibilité au moment de confirmer la décision de justice initialement prononcée à son encontre.

Ainsi re-connu coupable des faits qui lui étaient reprochés, l\'homme, qui était aussi accusé d\'autres \"délits mineurs\" davantage assumés et regrettés (exhibitionnisme et voyeurisme dans les allées et cabines d\'essayage de magasins bisontins) s\'est vu confirmer ses 6 années de prison ferme avec suivi socio-judiciaire sur une décennie.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?