Les maires de la montagne inquiets de la représentation de leurs territoires

L'association des élus de montagne (Anem) s'est inquiétée vendredi à Pontarlier (Doubs) de la sous-représentation des territoires de montagne consécutive à la prochaine réforme des collectivités territoriales.

L'Anem, qui tient son 26e congrès jusqu'à samedi, s'estime "victime de la loi du nombre" dans le projet de réforme des collectivités territoriales. Celui-ci, qui doit passer en commission mixte début novembre, établit le nombre de conseillers territoriaux par département en fonction du nombre d'habitants "sans prendre en compte l'étendue du territoire", s'alarme l'ANEM.
"Or les départements de montagne ont souvent peu d'habitants pour une grande superficie", a souligné Olivier Riffard, chargé de mission à l'ANEM.
Les maires de montagne redoutent "un déséquilibre entre grandes métropoles sur-représentées et friches territoriales composées de territoires démunis et sous-représentés".

Le ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire, Michel Mercier, a pour sa part défendu la réforme, qui permettra selon lui "à tous les territoires d'être bien représentés".
"Je ne vois pas où sont les craintes, la création du conseiller territorial va permettre à tous les territoires d'être bien représentés, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui. La démocratie c'est un homme égale une voix, on ne peut pas s'en écarter", a affirmé M. Mercier devant les congressistes.

Le ministre a installé à Pontarlier le deuxième comité départemental "de services au public" qui vise à multiplier des points d'accueil communs du public dans les zones rurales.

Jeudi, le secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes Pierre Lellouche avait abordé devant l'assemblée le thème de l'Europe et des territoires transfrontaliers.

Par ailleurs, Vincent Descoeur, député et président du Conseil général du Cantal, a été élu président de l'Anem, qui fédère depuis 1984 les collectivités de montagne, soit 6.200 communes et 48 départements répartis sur six massifs.

L. L.
Publié le samedi 23 octobre 2010 à 12h41

Confirmez-vous la suppression ?