Les minarets interdits en Suisse

Un vote peu banal avait lieu hier chez nos voisins les Suisses : la population devait se prononcer pour ou contre la construction de minarets.
Ces symboles de la religion islamique ont été rejetés par une grande majorité : 57,5% des Suisses refusent que des minarets surgissent dans leurs paysages! Une loi interdisant la construction de ces bâtiments sera donc prochainement inscrite dans la Constitution.
Une légalisation pas très logique lorsque l\'on sait que le préambule de cette même Constitution proclame \"au nom de Dieu Tout-Puissant\" l\'esprit de \"solidarité et d\'ouverture au monde\"...

Cette interdiction (qui ne concerne pas les quatre minarets suisses existants) ne va-t-elle pas provoquer l\'indignation des pays musulmans? C\'est un risque selon le président du parti de la droite populiste UDC.
Pourtant cette nouvelle loi sera présentée comme une mesure \"propre à maintenir la paix entre les membres des diverses communautés religieuses\". Son objectif n\'est en aucun cas de priver les musulmans de leurs lieux de culte, mais plutôt de refuser les minarets comme \"symbole apparent d\'une revendication politico-religieuse du pouvoir, qui remet en cause les droits fondamentaux\".
Reste que les affiches des partisans de cette interdiction ne sont pas faites pour calmer les esprits : elles représentent une femme complètement voilée par une burqa devant le drapeau suisse couverts de minarets, la silhouette de ceux-ci évoquant des missiles...
Résumer l\'islam à la guerre et à l\'absence de droits des femmes n\'est-il pas un peu réducteur?

Au sein même de la Suisse, l\'interdiction des minarets a soulevé quelques protestations. Les évêques notamment \"ne sont pas contents\". Ils qualifient ce vote de \"coup dur pour la liberté religieuse et l\'intégration\".
Il semblerait pas ailleurs qu\'une majorité des opposants à cette loi soient des jeunes. Ceux-ci ont défilé hier à Berne derrière le slogan \"Ce n\'est pas ma Suisse\".
Sans doute alors est-ce celle de leurs parents...

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?