Besançon : Les premiers réfugiés sont arrivés

« Je suis sûr que dans très peu de temps vous serez intégrés à la vie bisontine, que vous apporterez de la richesse à notre pays, dans lequel, après tant de malheurs, vous vivrez en paix ». Rapportée par L\'Est Républicain, cette leçon dégoulinant d\'une mièvrerie toute politicienne est celle qu\'a hier récitée le maire de Besançon aux 13 premiers réfugiés irakiens et syriens arrivés sur le sol de la capitale régionale.

Accueillis à la Malcombe et logés dans divers quartiers de la ville, ils se sont en outre vu rappeler par le préfet que des associations auront pour but de les aider à « exercer [leurs] droits sociaux et à trouver du travail ». Oui, alors même que 60 000 Francs-Comtois galèrent déjà pour en trouver. Mais ce qu\'il y a d\'avantageux avec les migrants, c\'est qu\'on peut leur faire accepter n\'importe quel job tout en les payant au lance-pierres.

Détail tout naturellement éludé au profit d\'une tirade vantant plus volontiers la grandeur de la France. Cette belle nation qui « offre le droit d\'asile à ceux qui fuient la répression et luttent pour la liberté » mais ne se soucie guère à l\'inverse de ceux qui, par exemple, crèvent chaque hiver dans ses rues.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?