Besançon : Les rois de la provoc’

Adopter une attitude méprisante et désinvolte quand on a déjà à son actif un bon paquet de condamnations, cela peut paraître un tantinet risqué. Mais en fait non. Récemment, deux Bisontins au casier judiciaire long comme le bras (10 et 17 condamnations) l'ont démontré dans le cadre d'une affaire remontant au 19 mars dernier.

Ce soir-là vers 22h, ils avaient tout d'abord tenu à se faire remarquer en roulant à vive allure le long du quai de Strasbourg puis en empruntant le pont Battant, réservé au tramway.

Alors stoppé avec son compère SDF d'une vingtaine d'années par des policiers, le conducteur en faute, un intérimaire âgé pour sa part de 31 ans, ne s'était pas plus gêné dans la foulée pour signifier ouvertement aux agents qu' « on devrait [les] aligner pour [leur] mettre une balle dans la tête comme à tous les autres rats ».

Le tout formulé sous la forte emprise de l'alcool… et en possession de quelques grammes de cannabis que des amis auraient paraît-il oubliés dans sa voiture. Au même titre, bizarrement, que la balance et le couteau saisis par ailleurs.

Quant à la batte de baseball découverte aux pieds de son passager, elle aurait appartenu « à des jeunes filles qu'[ils] avai[en]t croisées ce soir-là ». Sans qu'ils aient d'ailleurs remarqué « qu'elles l'avaient laissée par terre ».

Soit un joli florilège d'infractions, de menaces et de mensonges qui laissaient présager une sévère réprimande à l'occasion de leur procès, qui s'est tenu mardi… en leur absence.

Verdict ? Ils ont écopé de 3 et 1 mois de prison ferme.

.
Publié le vendredi 16 octobre 2015 à 09h04

Confirmez-vous la suppression ?