Besançon : Les seins m’en tombent

Le soutien-gorge est-il le meilleur ennemi de la femme ? C\'est la question existentielle qui, depuis une quinzaine d\'années, hante jour et nuit les pensées du professeur Jean-Denis Rouillon, chercheur à l\'Université de Franche-Comté. Et croyez bien que pour aborder ce mystère à bras-le-corps ou plutôt à doigts-la-poitrine, le savant aura en effet dû mettre la main à la pâte (pour ne pas parler de miches) en se plongeant dans quelque 320 décolletés.
C\'est bien parce que la rigueur scientifique l\'exige !

Ce qu\'il en ressort ? Des seins de natures très diverses bien sûr, mais surtout la découverte que, loin de mettre en valeur vos atouts ou dissimuler vos complexes, mesdames, le soutien-gorge porté dès le plus jeune âge aurait davantage tendance à renforcer le mal de dos et le relâchement cutané… Soit tout l\'inverse de l\'effet recherché. La faute à un buste paresseux qui, soutenu en permanence, ne ferait alors plus travailler ses tissus suspenseurs.
Autant dire que si vous avez plus de 10 ans de pratique derrière vous, l\'affaire est déjà mal embarquée. Lingerie fine Victoria\'s Secret ou pas !

Cependant, tout n\'est pas perdu ! Mesuré quant à sa propre affirmation, Jean-Denis, le triomphe modeste, préfère pour l\'heure reléguer sa démarche au rang d\'étude préliminaire non représentative de la population mondiale.

D\'ici à ce qu\'on en sache plus, sans doute apprendrons-nous très bientôt que les petites culottes participent au développement de la cellulite et des fesses tombantes...

GéPé
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?