Besançon : L’indiscrétion même

En tant qu\'employé du centre de tri courrier de Besançon, ce Jurassien d\'une trentaine d\'années aura cru que ça passerait comme une lettre à la poste. Eh bien non ! Pas plus toléré que dans d\'autres boîtes, filmer ses collègues de travail sur le trône lui valait d\'être jugé hier par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, pour atteinte à l\'intimité. Fait qu\'il a reconnu… sans s\'en être vraiment caché à l\'époque.

En effet, courant 2012, c\'est en tendant très simplement le bras par-dessus la porte des toilettes qu\'il avait observé les fesses et gestes d\'au moins deux de ses collaboratrices au moyen d\'un téléphone portable. Ce dont l\'une d\'elles s\'était logiquement aperçu… au bout de 4 mois.

Condamné pour sa part à 2 mois de prison avec sursis et mise à l\'épreuve durant 2 ans, l\'accusé, licencié pour faute grave à l\'époque, devra par ailleurs penser à se soigner et à verser des dommages et intérêts à ses victimes.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?