Tout Besançon sur Internet
METEO Besancon 
 Prévisions Détaillées 
Ce jour
15
Besancon
Lun
28
Mar
29
Mer
24
Jeu
20
CPAM
 
Toute l'actualité
 loi anti-tabac : les buralistes ne veulent pas l'écraser
Envoyer à un ami par email

Le 1er janvier, l'interdiction de fumer dans les lieux publics s'étendra aux bars, bars-tabac, restaurants et discothèques. A deux mois de l'échéance, la colère monte chez les buralistes, qui estiment ces mesures "inapplicables" et
dévastatrices pour leur profession. Ils manifesteront le 21 novembre à Paris.

Voici quelques extraits de l'interview de Monique Saillard, présidente des buralistes du Doubs, à lire dans L'Hebdo de Besançon de cette semaine.


L’hebdo de besançon : Les buralistes organisent une grande manifestation le 21 novembre à Paris. Vous ne désarmez donc pas face au projet d'interdiction de fumer dans les bars et bars-tabac ?
Monique Saillard : Certainement pas ! Notre combat est un combat pour la liberté et nous sommes loin de baisser les bras. Avec ce projet de loi, le gouvernement va signer l'arrêt de mort de nombre de professionnels qui ne demandent que le droit de travailler correctement. Ce texte est par ailleurs totalement inapplicable dans de nombreux domaines.

Que réclamez-vous précisément ?
Du bon sens ! Prenons l'exemple des bars-tabac : comment peut-on prétendre autoriser la vente du tabac dans un lieu mais y interdire la consommation ? C'est d'une hypocrisie sans nom et cela va avoir un effet dévastateur sur les chiffres d'affaires de ces établissements, et donc sur l'emploi. Dans les zones rurales ou dans certains quartiers, les "bistrots" sont les derniers endroits de rencontre, de convivialité. Si on interdit aveuglément de fumer dans les lieux où les gens viennent discuter, boire un petit café et taper la belote, c'est la mort de ces endroits pourtant vitaux pour bien des communes ou des quartiers.

Mais il y a tout de même une question de santé publique…
Bien sûr ! C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous demandons que cette loi soit appliquée avec bon sens. Nous sommes d'accord pour dire qu'il faut protéger les non-fumeurs et lutter contre le tabagisme passif et nous ne demandons pas la suppression pure et simple de l'interdiction de fumer, mais plutôt l'instauration d'aménagements permettant à tout le monde d'y trouver son compte. Contrairement à ce que certains semblent penser, nous ne sommes pas des assassins !

Quels sont ces aménagements que vous réclamez ?
On demande que la loi prenne en compte certains efforts faits par les bars, bars-tabac et discothèques. Pourquoi ne pourrait-on pas par exemple autoriser la consommation du tabac dans les lieux ayant une terrasse couverte, une face ouverte sur la rue, permettant ainsi à l'air de se renouveler, ou dans les établissements disposant d'extracteurs d'air, déjà testés en France et qui ont démontré qu'ils permettaient d'avoir une qualité de l'air excellente, malgré la présence de fumeurs ? Nous voulons également que la France suive le modèle espagnol et laisse le choix aux patrons des petits établissements (moins de 100 m2) d'avoir un bar fumeur ou non-fumeur. Avec de tels aménagements, on pourrait trouver une solution convenable et éviter les difficultés annexes qui accompagneront la loi telle qu'elle est prévue, car je peux vous assurer que si on ne fait rien, cela va partir en vrille !

Comment cela ?
Je crois qu'on ne se rend pas encore compte des désagréments que va provoquer cette loi. Nous avons réalisé quelques sondages auprès de clients, et je peux vous dire que malgré la loi, ils ne comptent pas changer leurs habitudes. Vous imaginez alors les guerres qui se profilent entre fumeurs et non-fumeurs ! D'autre part, on nous dit que les fumeurs devront aller fumer dehors : on imagine déjà les attroupement devant les établissements de nuit, les problèmes de nuisances sonores qui vont en découler. Voilà qui nous promet une belle pagaille avec le voisinage ! Je vous le dis : si cette loi passe telle qu'elle écrite aujourd'hui, elle va tuer beaucoup de professionnels, mais aussi pourrir la vie de beaucoup de monde…
actualités Besançon Publié le mercredi 7 novembre 2007 à 11h24
Nos articles sont rédigés en compilant des informations issues des enquètes réalisées par nos reporters, de sources officielles, des participations des internautes, de blogs, de l'Agence France Presse (AFP), l'Est Républicain, France 3, France Bleue, La Gazette, MaCommune, Plein Air, Le Progrès, Le Pays. Les illustration (photos ou dessins) n'ont pas de rapport avec l'article
Réaction de Ben&Fils
“Allons, faut arreter d'embeter les fumeurs... déja qu'ils ne leur restent plus longtemps à vivre (moi le premier).”
actualités BesançonEnvoyée le mercredi 7 novembre 2007 à 13h04
Réaction de fautpasabuser
“La santé publique ne devrait pas passer avant les profits de ceux qui se font de l'argent sur le dos des fumeurs depuis des décennies ?
Non-fumeuse, j'ai séhourné en Angleterre il y a peu, où ce type de loi est en vigueur depuis quelques mois. Quel plaisir de pouvoir aller dans les bars et discothèques que je fuyais jusqu'alors, car la fumée y rendait l'air peu respirable, et me condamnait à avoir les yeux en feu les jours qui suivaient...
Ayant également travaillé comme serveuse en France, je regrette que cette loi ne soit pas passée plus tot, car cela aurait permis à mes poumons de respirer un peu... Comment peut-on forcer les étudiants qui financent leurs études à mettre leur santé en péril, juste pour pouvoir assumer correctement leur fonction ?

Et pourquoi dire que les fumeurs déserteront ces lieux publics, sans préciser que les non-fumeurs y reviendront désormais avec plaisir ? Les fumeurs sont donc plus importants que les non-fumeurs ?

Allez, il est temps que la santé passe avant l'argent... Et si les fumeurs ne peuvent résister, qu'ils aillent au froid, dehors... En espérant que cela les encourage à diminuer voire arrêter leur consommation de cigarettes.

Et respirons l'air pur...”
actualités BesançonEnvoyée le mercredi 7 novembre 2007 à 22h20
Réaction de Messire Loup
“Les buralistes n'ont pas de soucis à se faire.

Le même genre de mesure fut passée il y a quelques années en Californie, où j'ai vécu pendant 15 ans. Les fumeurs ont continué à fumer.

Bien sûr cela fait drôle de ne pas pouvoir griller une petite clope au resto pendant le café. Chose étrange, les plats retrouvent soudain leur saveur.
Quant aux discothèques, il est sympa de voir enfin la personne avec laquelle on danse, ne pas rentrer chez soi les yeux larmoyants, la peau, les cheveux et les fringues puant le cendrier.

Pensons aussi à tous ceux et celles qui travaillent dans ces lieux publics chaque jour. Un peu d'air frais! Ils le méritent.

On s'y fera. D'ici quelques mois tout cela semblera normal, foi de fumeur invétéré :)”
actualités BesançonEnvoyée le jeudi 8 novembre 2007 à 13h32
Réagir à cet article :
Merci de vous connecter pour réagir à cet article  •  Créer un compte
 
LISTE DE DIFFUSION
Faire de www.Besac.com votre page de démarrage Page de démarrage
Ajouter www.Besac.com à vos Favoris Ajouter à vos Favoris
A propos de www.Besac.com Qui sommes-nous?
Contacter l'équipe www.Besac.com Nous contacter
Mentions Légales & Conditions Générales d'Utilisation www.Besac.com Mentions légales
Siret : Besançon 437701402
Création de site Internet:
DynAgence : création hébergement sites internet Besançon  DynAgence.fr