Besançon : Procès après procès

A la différence de ces prévenus faisant profil bas dans le box des accusés, c'est avec la même désinvolture qu'au guidon de sa moto qu'un jeune homme de 19 ans dépourvu d'avocat a comparu la semaine dernière devant la justice bisontine.

Convoqué pour s'être livré en mars dernier à des séances de wheeling (sans casque) dans le quartier Planoise, il se sera par exemple étonné de comparaître pour « mise en danger d'autrui », estimant que « c'est plutôt [s]a vie qu['il avait] mise en danger » et qu'il ne fallait pour cela « pas tout mélanger ». Mais c'était omettre que ses acrobaties à tombeau ouvert auraient bel et bien pu blesser quelqu'un d'autre, en cas de perte de contrôle. Et notamment un groupe d'enfants qui jouaient non loin de là.

Guère plus à même de reconnaître que ses allers-retours sur une roue avaient duré près de 2 heures et non seulement « 5 minutes » sur « deux week-ends » (enregistrements de vidéosurveillance à l'appui), il se sera à l'inverse inquiété du verdict du tribunal : 5 mois ferme. Une sanction dont il aura effectivement cherché à savoir si elle était aménageable, étant donné qu'il doit déjà purger une peine de 4 mois de prison… où il a déjà eu l'occasion de séjourner par le passé, en tant que multirécidiviste désormais condamné pour la huitième fois de sa jeune existence.

.
Publié le mardi 26 mai 2015 à 14h42

Confirmez-vous la suppression ?