Ras-le-bol des blattes et des chats à Conliège!

Le village de Conliège, dans le Jura, est envahi par les blattes, également appelé cafards. Au point que la municipalité a décidé d\'employer les grands moyens, et de lancer une vaste opération de désinfection. Celle-ci entraînera le relogement provisoire des habitants les plus importunés par les insectes.
Il faut dire que ceux-ci sont vraiment sans gêne! Non seulement les cafards se reproduisent extrêmement vite, mais en plus ils se nichent un peu partout, y compris dans les vêtements ou dans les placards d\'alimentation... \"C\'est crade\" affirme un jeune homme, victime des blattes tout comme la plupart de ses voisins du centre de la commune.

Le problème des blattes a soulevé à Conlièges un autre problème, qui concerne cette fois des chats. Car de nombreux habitants sont certains que les cafards viennent d\'une maison occupée par une famille un peu marginale, qui possède pas moins de 30 chats!
Un odeur nauséabonde se dégage de ce logement, ce qui a sans doute contribué à lancer la rumeur. Car selon le maire du village, rien ne prouve que l\'invasion des blattes ait été provoquée par un trop-plein de chats.
Cette famille, qui vit dans un logement insalubre, est une victime des cafards au même titre que ses voisins.

Le maire de Conliège a donc plusieurs problèmes à régler aujourd\'hui : il doit éliminer les blattes, reloger les propriétaires des chats qui ne peuvent continuer à vivre dans un appartement insalubre... et trouver une solution pour les chats!
Ce dernier aspect n\'est pas le plus simple à résoudre. Car héberger trente chats est tout à fait légal. Alors que posséder 30 chiens est soumis à des règles.
Chasser les blattes ne devrait en revanche pas poser trop de problèmes, bien que cela soit plutôt onéreux : la municipalité devra engager environ 10 000€ pour assainir, traiter et désinfecter les maisons touchées par l\'invasion. Mais ses dépenses seront pour une fois accueillies à bras ouverts par les électeurs!

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?