Refus des Palmes Académiques à Belfort-Montbéliard

Il est des récompenses qui ne font pas plaisir : c'est le cas, pour certains professeurs du moins, des Palmes Académiques.
Une enseignante de l'IUT de Belfort-Montbéliard qui avait été "promue au grade de chevalier" en 2008 vient en effet d'écrire à la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche afin d'être radiée de l'ordre des Palmes Académiques. Elle entend ainsi protester contre la politique actuelle en matière d'enseignement.

Dans son courrier, l'enseignante accuse "cette politique éducative de saccage qui se masque du voile de la vertu budgétaire" : "Je ne supporte plus la précarisation extrême de mes collègues contractuels auxquels on demande beaucoup et qu'on remercie par un non-renouvellement de contrat. Je ne supporte plus d'avoir été distinguée par un ministère qui fait si peu de cas de ses agents.
C'est parce que toute ma carrière a été fondée sur la cause de l'émancipation par le savoir et la culture que je vous demande instamment de me radier de l'ordre des palmes académiques : je veux exprimer avec force mon désaccord profond face à une « gestion » qui maltraite les contractuels, malmène les équipes pédagogiques ainsi déstabilisées et nuit à la qualité de l'enseignement auquel ont droit nos étudiants."


Les Palmes Académiques honorent certains membres de la communauté éducative, enseignants ou non, ayant rendu des services éminents à l'Éducation nationale. Elles peuvent également être accordées aux étrangers et aux Français résidant à l'étranger contribuant activement à l'expansion de la culture française dans le monde.

R. Hingray
Publié le jeudi 30 juin 2011 à 14h48

Confirmez-vous la suppression ?