Besançon : Sans blague !

Chose promise, chose due, le seul majeur impliqué dans les violences psychologiques subies lundi soir par plusieurs passants du centre-ville bisontin a bien eu droit hier à sa comparution express devant la justice... Le temps de quémander et d\'obtenir un délai supplémentaire pour préparer sa défense.

Mais à la différence de ses quatre acolytes (parmi lesquels figure son cousin de 13 ans, propriétaire de l\'arme factice), le prévenu, jeune kosovar jamais condamné mais déjà inculpé pour violences et soustraction d\'enfant (entre autres joyeusetés), n\'aura pas été remis à ses parents sous le régime de la liberté surveillée.

Renvoyé au contraire en détention à l\'issue de l\'audience, il y a attendra patiemment le 23 octobre. Date retenue pour son procès, durant lequel sans doute soutiendra-t-il une fois de plus que « c\'était pour rire »…

L\'humour a bien des facettes, mais quand même !
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?