Sept victimes de la route en Franche-Comté

Sept personnes ont trouvé la mort ce week-end sur les routes de Franche-Comté.

Vendredi soir, un véhicule qui tentait un dépassement entre Epeugney et Cléron, dans le Doubs, est entré en collision avec une voiture qui arrivait sur la voie inverse.
Le responsable de cet accident, un homme de 40 ans, a été grièvement blessé. Le conducteur et les deux passagères de l\'autre véhicule sont morts, tandis que le dernier passager est légèrement blessé. Ces quatre personnes, âgées de 45 à 74 ans, étaient originaires de Vendée.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un jeune homme de 17 ans, sans permis, a emprunté la voiture de ses parents. Il a percuté un arbre dans la commune d\'Arlay, dans le Jura, et a été tué sur le coup.
Son passager, mineur également, a été grièvement blessé.

Samedi matin, un véhicule a fait plusieurs tonneaux près de Fuans, dans le Haut-Doubs. À l\'arrivée des secours le passager avant, un jeune homme de 21 ans, était mort. Il avait vraisemblablement été tué sur le coup.
Le conducteur de la voiture avait quant à lui disparu. Il a été retrouvé deux heures plus tard par les gendarmes. Il s\'agit d\'un homme de 23 ans, dont le contrôle d\'alcoolémie s\'est révélé positif. Il a été mis en examen pour homicide involontaire par conduite sous l’empire d’un état alcoolique et non assistance à personne en danger.

Samedi soir, un motard a perdu le contrôle de sa 125 cm3 à la sortie de Lure, en Haute-Saône. L\'homme, âgé de 48 ans, a percuté un rond-point et a chuté de sa moto. Il était inconscient à l\'arrivée des secours et n\'a pas pu être réanimé.

Dimanche matin, un conducteur âgé de 31 ans a fait une sortie de route à proximité de Baume-les-Dames. Il n\'a pas survécu à ses blessures.

Selon le préfet du Doubs, la principale cause des accidents de la route \"reste la vitesse et l\'alcool\". Bien que les forces de l\'ordre \"veillent sur la sécurité collective\", les \"policiers et gendarmes notent un relâchement du comportement des conducteurs depuis plusieurs semaines\".

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?