Besançon : Statu quo

Tandis que l'avenir de l'ancien conservatoire de musique est désormais scellé, celui de l'hôpital Saint-Jacques, encore occupé jusqu'en 2018 par les services de dermatologie et de psychiatrie, demeure encore bien flou. Un brouillard persistant qui donnait lieu ce mardi à la première séance de consultations publiques organisées par la municipalité à la Chambre de Commerce et d'Industrie, afin de motiver une "réflexion citoyenne" sur les possibilités de reconversion du site de 6 ha. Et autant dire qu'au vu de cette réunion préambule, ce n'est pas gagné.

Ce qu'il en sera ressorti ? Ni grand monde ni grand-chose. Une trentaine de curieux tout au plus et un état des lieux peu engageant quant aux 130 millions d'euros à débourser "coûte que coûte" en réhabilitation.
Soit un financement dont dépend pour beaucoup l'avancée du dossier mais qui, en l'absence de partenaires, ne risque pas d'être assuré de sitôt par la ville à elle-seule.

Une situation actuellement toujours au point mort qui n'aura donc pas aidé à y voir plus clair au terme de ce premier rendez-vous, moins riche d'études concrètes que de rêveries et fantasmes en tous genres.
Des projets de crèche, logements, hall d'exposition, salle de congrès, résidence étudiante, maison de retraite, commerces, pôle santé, bibliothèque, bureaux, restaurant, hôtel (…) dont on commence à se demander s'ils auront seulement la chance d'un jour sortir de terre...

C.R
Publié le jeudi 4 juillet 2013 à 13h57

Confirmez-vous la suppression ?