Besançon : Super Fousseret

A l'approche d'élections municipales qui sentent encore indistinctement le pâté ou les petits fours, Jean-Louis Fousseret songerait-il déjà à ses possibilités de reconversion en cas de défaite ?

En bon animal politique qu'il est, nous n'en serions pas surpris. Mais de là à le voir revêtir samedi dernier le costume de justicier avec autant d'aisance pour un simple coup d'essai, jamais nous n'aurions cru la chose possible.

Bon, c'était moins en tenue moulante qu'en costard cravate, mais quand même ! Sans le regard de lynx et la foulée de gazelle (?!) du premier édile bisontin, un casseur d'abribus serait sans doute encore dans la nature. Un acte d'héroïsme et de courage rapporté ce matin dans les colonnes de l'Est Républican :

« Je regagnais mon véhicule après avoir assisté à la fête de quartier [de Montrapon] lorsque je me suis aperçu des dégâts et ai remarqué cet adolescent qui prenait la fuite. Je l'ai rattrapé et lui ai mis la main au collet, exigeant qu'il me donne l'instrument avec lequel il avait fait ça ». Après avoir « fait la morale au jeune et à ses copains, en leur expliquant que c'était inadmissible car c'est toute la collectivité qui paie pour ce genre de bêtises, je lui ai fait balayer les débris de verre, en attendant la police. »

Face à tant d'aplomb et d'assurance, on en viendrait presque à penser que ce fin limier de Jean-Louis a raté sa vocation en menant une carrière politique. Dommage vous dites ?

C.R
Publié le mardi 18 juin 2013 à 12h18

Confirmez-vous la suppression ?