Besançon : Tout passe, tout lasse… tout casse (MàJ)

Sans vouloir être cassant ni chercher à lui casser du sucre sur le dos, ce lundi, après avoir espéré casser la baraque, on peut dire qu'en cassant sa lame sur le tiroir-caisse de la victime de son casse un peu casse-gueule, ce cas soc' ou casse-pieds casqué aura tout eu d'un bras cassé, au moment de se casser sans éclat (mais avec pertes et fracas) de ce bureau de tabac du quai Veil Picard dans lequel il venait ainsi de se casser les dents en plus de son couteau.

Quant à penser qu'il aura malgré tout limité la casse en parvenant donc à se carapater à l'issue de cette tentative ne cassant pas des briques ni trois pattes à un canard, cela n'aura pas vraiment été le cas, puisqu'en abandonnant son sac à un courageux commerçant le coursant courroucé, ce SDF de 27 ans, qui peut-être cherchait du cash pour casser la croûte, n'offrait pas un gros casse-tête aux policiers, qui auront trouvé dans ses affaires de quoi le confondre et l'interpeller dès hier… Lui qui déjà habitué aux casse-roles pour vol et violence, est depuis en casse passe de se voir reprocher par ailleurs une autre tentative de braquage avortée, ayant vu une employée du Monoprix se faire menacer samedi par un homme équipé d'une arme blanche et finalement reparti sans un rond.

Un double échec qui, s'il en est bien l'auteur, prête à penser que le temps est vraiment venu pour lui de... faire un break.

Mise à jour 26/06 : Présenté dès hier devant le tribunal correctionnel, il a été condamné à une peine de 36 mois de prison, dont 18 avec sursis et mise à l'épreuve.

.
Publié le mercredi 25 juin 2014 à 11h30

Confirmez-vous la suppression ?