Trahi par une génisse

On sous-estime trop souvent les bovins... Un éleveur de La Loye, dans le Jura, croyait ainsi pouvoir échanger discrètement l'une de ses génisses avec une des superbes vaches d'un lointain voisin.
Même si le propriétaire floué se doutait de la supercherie, comment pourrait-il prouver celle-ci? Ce ne sont pas les génisses échangées qui risquaient de trahir le voleur! Et pourtant...

L'éleveur malhonnête n'avait pas prévu que sa victime reconnaîtrait la génisse volée. Le paysan avait alors porté plainte pour vol par substitution. Une perquisition au domicile du suspect n'avait cependant rien pu prouver.
Il y a quelques années, l'affaire en serait restée là : pas de preuve, pas de coupable! Mais entre temps, la science est venue au secours de la justice, et c'est grâce à l'ADN de la génisse que le voleur a pu être confondu!
Une analyse sanguine a en effet permis de prouver que l'animal était né d'une vache appartenant à la victime. La science est infaillible, le voleur n'a pu qu'avouer son échange illégal.
Il est par ailleurs soupçonné d'avoir remplacé une vache en bonne santé par l'un de ses animaux atteint d'une maladie contagieuse. La science confondra-t-elle encore une fois le paysan sans scrupule?
Publié le vendredi 11 septembre 2009 à 10h09

Confirmez-vous la suppression ?