Un cimetière pour nos animaux

Voici une nouvelle qui va réjouir (si l\'on peut dire) les propriétaires d\'animaux de compagnie : le premier cimetière animalier de Franche-Comté va ouvrir ses portes.
A partir du 17 août, un terrain de 4 ares, situé dans la commune jurassienne du Chatelay, permettra en effet de se recueillir en toute tranquillité devant les tombes de nos petits animaux à quatre pattes (ceux à deux, six voire huit pattes étant eux aussi les bienvenus). Eloigné de la route et bénéficiant d\'un cadre naturel verdoyant, ce terrain est idéal pour faire le deuil de son compagnon.
Il est par ailleurs complété par un jardin du souvenir et un colombarium.

Quelques détails pratiques, sur lesquels on préfère habituellement ne pas trop s\'attarder (mais qui se révèlent bien utiles le moment venu) :
Le cimetière peut actuellement accueillir 120 animaux. Si besoin, 6 ares supplémentaires pourront être aménagés.
Chaque fosse mesurera 1,30 mètre de profondeur et 50 centimètres de large. Seuls les animaux pesant moins de 40 kg pourront être enterrés au Chatelay. (Pour les animaux de plus de 40 kg, il est obligatoire de s\'adresser à l\'équarissage, via la mairie.)
La réalisation d\'une fosse sera facturée 400€, auxquels il faudra ajouter 20€ par an pour la location de la concession. Un tarif qui comprend l\'entretien régulier du cimetière et de chaque tombe.
Le cercueil quant à lui pourra être fabriqué par les propriétaires de l\'animal, en bois ou en métal.

La création de ce cimetière animalier est une initiative privée. Qui ne plaît par forcément aux autorités publiques...
Celles-ci ont déjà interdit l\'accès du cimetière aux véhicules motorisés. Les visiteurs devront donc parcourir à pied une trentaine de mètres avant d\'accéder au site.
Et, à quelques jours de l\'ouverture du cimetière, le Conseil Municipal actuel hésite encore à retirer ou non le permis de construire au propriétaire du terrain. C\'est en effet le précédent maire qui, en 2006, avait donné son accord pour la création de ce site funéraire...
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?