Etrabonne (25) : Un coup dans le nez, trente dans le jardin

Alors que certains attendent au moins d'être au fond du gouffre pour noyer (illusoirement) leurs déboires dans l'alcool, ce dimanche soir, comme il l'a expliqué lui-même, c'est après avoir simplement galéré à rentrer ses vaches qu'un agriculteur d'Etrabonne, petite commune de 200 âmes située entre Dole et Besançon, s'est lui aussi laissé aller à la boisson. Avec, comme bien souvent dans ces cas-là, de regrettables effets secondaires.

Le premier, remarqué par les voisins, aura vu notre homme sortir de sa ferme aux environs de 21h pour rejoindre son jardin et… tirer en l'air des coups de fusil. Une bonne trentaine selon les témoins auditifs de la scène, qui, après une grosse demi-heure de pétarade, étaient finalement d'avis de dépêcher sur place les forces de l'ordre. En l'occurrence, les gendarmes de Saint-Vit et d'Ecole-Valentin, arrivés rapidement en compagnie d'une équipe du PSIG.

A leur vue, l'agriculteur aviné qui vit avec sa mère se sera alors retranché chez lui sans plus se manifester avant 4h du matin, moment du second effet secondaire lié à son abus de bibine : une pressante envie de pisser.

Et les toilettes se trouvant encore à l'extérieur de la maison, c'est ainsi qu'il se faisait finalement gauler en tentant de rejoindre à la hâte sa cabane au fond du jardin.

Dépossédé de ses armes, il devrait prochainement faire l'objet d'un simple rappel à la loi.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?